top of page

Construire ou réparer sa vie est une question d'état d'esprit !

Dernière mise à jour : 2 févr. 2023

Le monde est rempli de livres, d'articles, de conférences et d'ateliers pour apprendre à construire sa vie.


On y apprend qu'il faut prendre ses responsabilités, arrêter de chercher la recette-miracle, qu'il faut adopter de grands principes de vie en s'appuyant sur ceux des grands leaders qui ont réussi la leur.

C'est beau, c'est grand et c'est juste totalement flippant. Il faut chercher partout ce qui est bon de faire, il faut se discipliner et se pousser au delà de ses limites actuelles, chercher à performer pour construire ou réparer ce qui est cassé ou malsain. Il faut tirer tout azimut, dans chaque secteur de sa vie, la corde des réussites....pour soit disant, AVANCER !

C'est un parcours que j'ai suivi. Il fallait bien que je trouve une solution pour améliorer ma vie et sortir des heurts, des tensions et des difficultés qui m'oppressaient. J'ai eu quelques résultats. J'ai vu ma vie se structurer. Mais j'ai aussi vu ma vie s'enfermer de plus en plus dans des "je dois" et des "il faut". J'ai vu ma vie s'enfoncer dans la dualité. Ce qui est "bien" ou "mal". J'ai vu ma vie s'orienter vers une adhésion totale aux modèles proposés par la société. Aliénée par les us et coutumes d'un statut social qui sépare ceux qui réussissent des autres.


J'ai effectivement construit une vie de soit disant "réussite". Étais-je plus heureuse ? Non. Est-ce que je me suis sentie plus libre ? Non. Y avait-il encore des problèmes à gérer et du stress ? Oui. Qu'est-ce que j'y ai gagné ? De l'argent. Une aisance financière pour m'offrir des plaisirs superficiels qui ont dopé mon ego.

Le positif ? J'ai obtenu la connaissance que j'ai su changer ma vie et atteindre les objectifs que je m'étais fixés.

Ma conclusion ? C'est tout à fait possible de se construire une vie sur-mesure ou de réparer sa vie. Mais on peut gravement se tromper dans la direction à prendre quand on croit que ce qui a marché pour les autres est la seule voie possible.


Construire ou réparer sa vie


Aujourd'hui, je peux résumer l'idée de "construire ma vie" par une intention. Poser l'intention d'aligner mon quotidien sur ce qui a du sens pour moi, sur ce qui me fait vibrer, sur ce qui nourrit ma vie dans chaque dimension de mon existence. Et pour y arriver, je dois rester dans le flow.

- La théorie du Flow développée par Mihály Csíkszentmihályi en psychologie, décrit un état mental atteint par une personne lorsqu’elle est complètement plongée dans une activité et qu’elle se trouve dans un état maximal de concentration, de plein engagement, de motivation et de satisfaction dans son accomplissement. C'est un état de grâce, une expérience de plénitude, un sentiment de joie spontané -


Avant, j'aurais dit que "construire ma vie" était me mettre en sécurité financière et affective, optimiser ma santé et construire un réseau relationnel pour faire avancer mes idées dans le monde et cajoler mon sentiment d'appartenance. Tout cela respire la peur, le manque et s'inscrit dans un état mental qui s'appuie exclusivement sur des schémas de défense.


L'état d'esprit


Rester dans le flow ou optimiser sa vie grâce à ses schémas de défense sont des états mentaux diamétralement opposés. Par expérience, je peux témoigner que le premier libère alors que le second asservit.


Être dans le flow libère car c'est un état mental qui vient du plus profond de soi et qui s'exprime à l'extérieur de soi. Je pose des actions dans mon environnement en pleine liberté de qui je suis. Et comme je suis dans le respect de ce qui me fait vibrer, de ma nature et de ma vie, mes actions ne peuvent qu'être dans le respect de ce qui m'entoure. Je construit ma vie chaque jour dans la durée. J'avance pas à pas vers plus de plénitude et de joie. Les choses se posent progressivement dans ma vie et me correspondent parfaitement puisqu'elles viennent de mes choix intérieurs.


Être dans la recherche de protection ou de solutions aux problèmes ponctuels est un état mental qui opprime car c'est ce qui est à l'extérieur de soi qui mène la danse. C'est l'état d'esprit de ceux qui fonctionnent en réaction permanente face aux évènements de la vie. Réagir est un lien, une dépendance à l'environnement. C'est agir en croyant devoir se battre contre l'adversité. C'est là que l'on devient bourreau sans en avoir conscience. Comme on doit se protéger, il faut tirer la couverture à soi, faire mieux que les autres, faire grandir son sentiment de valeur personnelle même si cela blesse autrui. C'est aller chercher les petites victoires les unes derrière les autres et entre chaque combat, se féliciter d'avoir gagné ou s'effondrer pour avoir perdu et s'être fait mouché. C'est l'état mental de ceux qui rentrent dans les jeux de pouvoir. Ils s'agitent par réaction tout en étant persuadés de construire. Ils construisent des verrous, des obligations, des contraintes, des projets à court terme, puisque la suite des évènements dépendra de ce que la vie leur réserve. "On verra bien..." est leur mot.


"Pourquoi" fait toute la différence


Ce n'est que sur le long terme que l'on peut savoir si une personne est dans le flow ou si elle fonctionne grâce à ses schémas de défense.

Quand on me regarde vivre, il n'y a pas de grandes différences entre ce que je faisais avant d'accéder à cette conscience et maintenant. La différence est à l'intérieur de moi. Je me sens mieux. J'ai plus d'énergie. Je me sens moins contrainte. Mon sentiment de liberté est bien plus grand. Je me sens en vie.


Cela signifie que ce n'est pas tant ce qui est fait qui compte, mais pourquoi cela est fait. Dans quelle intention. Avec quel moteur intérieur j'agis. Avec quel "JE SUIS" qui se trouve en moi je fonctionne. Quel "JE" intérieur je choisis comme moteur dans ma vie. C'est ce "JE" qui est mon état d'être.


Ce point est la plus grande révélation que j'ai eu la chance de vivre. Savoir que plusieurs "JE" coexistent en moi et que pour me construire et construire ou réparer ma vie, je peux choisir quelle partie de moi je laisse s'exprimer.

Deux états mentaux. Deux états d'esprit. Deux état d'être. Deux "JE"


Le "JE" inné qui provient de mon Essence profonde, de ma nature avec laquelle je suis arrivée dans ce monde à ma naissance. Ou le "je" acquis, superficiel que j'ai construit depuis ma naissance pour me conformer aux règles de survie dans la société.


« La persévérance dans l'état d'Être est une clé de la connaissance de soi. » - Geneviève Krebs Auteur Chez Eyrolles, Psychopraticien et Coach, France, 1966

Le "je"


Le plus courant, celui qui est mis en avant par l'éducation depuis la nuit des temps est le petit "je".

Celui qui a peur. Il est votre personnalité. Celle qui s'est construite à travers les schémas de défense qui proviennent de votre lignée, de votre éducation, de votre lieu de naissance et de vos propres expériences.

C'est un "je" étriqué qui ne voit le monde que pour sauver sa peau.


C'est lui qui a toujours peur de rester en arrière, d'être critiqué, mal aimé, rejeté, de manquer et tout simplement de mourir. C'est votre "moi je..." qui commence vos phrases quand vous dialoguez. C'est celui qui écoute l'autre d'une oreille distraite car il est déjà en train de préparer sa réponse pour le contrer. C'est lui qui a besoin de compliments, de mots doux, de valorisation permanente venant de l'extérieur, pour se sentir exister et aimé.


"je" sans acteurs autour de lui se sent vide et sans élan. Car ce petit "je" qui se prend pour le roi n'a aucun moteur intérieur, aucune pulsion de vie automotrice.

Son existence ne dépend que de son appartenance à un groupe, une communauté, un environnement.

Seul, il ne peut trouver une voie personnelle puisqu'il n'est qu'une magnifique photocopieuse de ce qui se fait déjà ou des autres. Il contrôle votre corps car il sait mieux que lui ce qu'il faut faire pour être en santé. Il contrôle les autres car il sait mieux qu'eux ce qui est bon pour eux. Il possède tout. Son conjoint, ses enfants, sa famille, ses amis, ses collègues de travail. Tout lui appartient. Et il a des attentes très précises envers eux. "Voici MA femme", "Ce sont MES enfants" .....

Pareil pour ses biens matériels. Tout est à lui et gagné à la force du poignet. Donc, il n'a qu'une peur : perdre ses biens, ses amours, ses liens. Et même si cela mène à la souffrance ou à la destruction de son Être, il se battra coûte que coûte pour avoir raison et garder l'emprise sur son environnement. Ce que l'on appelle les décisions de l'ego.

C'est lui qui possède et maîtrise tous les schémas de défense de votre personnalité.


Le "JE"


Le plus occulté. Il est celui qui empêche toute manipulation. Il est celui qui permet de vivre en accord avec qui nous sommes en réalité.


Face à "JE", aucune fausse croyance ne résiste. Aucun biais n'est possible. Vous vibrez ou non. Il n'y a pas d'entre-deux.


"JE" recherche la liberté d'être lui pleinement. Alors pourquoi chercherait-il à posséder l'autre, à obliger l'autre à suivre une voie imposée ?

"JE" écoute en profondeur ce qui se passe en lui. De ce fait, il sait quelles sont ses valeurs essentielles. Il connaît ses besoins profonds. Il en connaît l'importance vitale pour construire une vie épanouissante. Fort de cette connaissance, il ne peut plus ne pas écouter l'autre. Ses besoins, ses émotions.


"JE" existe de manière intrinsèque. Il est. "JE" existait bien avant que la personnalité apparaisse. "JE" est unique. Connecté à bien plus grand que lui. "JE" est interconnecté avec tous les autres "JE", eux-mêmes uniques. Il puise sont énergie d'existence dans ce qu'il est. Il auto-alimente son moteur par sa simple intention de se connecter au vivant dans un éternel présent puisqu'il sait que rien ne lui appartient, rien ne lui est dû et donc que tout est im-permanent. Tout peut s'arrêter maintenant. Ou tout peut repartir totalement différemment dès maintenant.


Pour "JE", exprimer ce qui bouillonne à l'intérieur de lui, l'apporter au monde, le faire vivre, le transmettre, en faire don dans un service aux autres est sa raison de vivre. Ce qu'on appelle les désirs de l'âme.


Le moteur de la construction d'une vie


Les biais, les souffrances, les angoisses, le mal-être, les maladies proviennent d'un moteur de vie qui ne tourne pas rond. C'est à dire, quand l'écart est trop grand entre les désirs de l'âme et les décisions de l'ego.


C'est à dire que "je" dois apprendre à se mettre au service de "JE" et arrêter de fonctionner pour lui-même.

Comment faire cela ?

Tout part des bonnes questions à se poser.


Avant de démarrer un projet, une relation, la recherche d'un nouveau travail, "je" se pose la question: "Est-ce que ce projet, cette personne ou ce travail va m'apporter un meilleur confort de vie, plus de reconnaissance. Est-ce que je vais me sentir mieux avec cette personne ? Est-ce que ce job va m'apporter assez d'argent et pas trop de contraintes ?"


Dans une situation identique, "JE" se pose la question : "Qu'est-ce que je peux apporter à ce projet? Qu'est ce que je peux apporter à un nouveau compagnon ou une nouvelle compagne. Qu'est-ce que je peux donner au couple, à la relation ? Ou qu'est-ce que je peux apporter au monde à travers mon nouveau job. Quels sont mes talents que je peux mettre à la disposition des autres pour les aider à avoir plus de confort dans leur vie ?"


Cette réflexion orientée vers le service aux autres est le starter qui vous permettra par la suite d'enclencher positivement votre processus de création dans le concret. Mais cela, je vous en parlerai dans un prochain article


Approfondissement


Si cet article vous a plu et que vous souhaitez une aide pour mettre en pratique cette étape importante du développement de soi, prenez un rdv téléphonique avec moi (https://www.esprit-odessa.com/service-page/guidance-et-accompagnement?referral=service_list_widget )


Suivez article après article les prises de conscience et les découvertes que je fais sur le chemin de ma propre liberté ! Commentons ensemble et échangeons. Inscrivez-vous comme membre de ce site (https://www.esprit-odessa.com/members) et avançons ensemble.


Soutenez mon travail !


Si vous souhaitez m'encourager et me soutenir, likez les publications, commentez-les et surtout partagez à vos amis ! Le don est aussi la philosophie de ce blog. Tout est à votre disposition gratuitement. Si vous souhaitez rétablir l'équilibre en soutenant ce blog financièrement, utilisez le bouton ci-dessous.



Posts récents

Voir tout

1件のコメント


Nature
Nature
2022年11月09日

Magnifique, merci pour ce texte libérateur.

いいね!
bottom of page